En continuant d'utiliser ce site, vous acceptez les Conditions générales et notre utilisation des cookies.
      Sahih Al- Bukhari (4 Tomes) d’après Al-Hafid Al-Boukhari
      • Sahih Al- Bukhari (4 Tomes) d’après Al-Hafid Al-Boukhari
      • Sahih Al- Bukhari (4 Tomes) d’après Al-Hafid Al-Boukhari
      • Sahih Al- Bukhari (4 Tomes) d’après Al-Hafid Al-Boukhari
      • Sahih Al- Bukhari (4 Tomes) d’après Al-Hafid Al-Boukhari
      • Sahih Al- Bukhari (4 Tomes) d’après Al-Hafid Al-Boukhari

      Sahih Al- Bukhari (4 Tomes) d’après Al-Hafid Al-Boukhari

      (0) Reviews
      75,83 €
      TTC

      Sahih Al- Bukhari (4 Tomes): Le Sahih al-Bukhari signifie « l'authentique de l'imam Al-Bukhari » et est l'un des six grands recueils de hadiths. La plupart des musulmans sunnites le considèrent comme le livre le plus authentique après le Coran 1,2 et comme l'une des trois sources hadith les plus fiable avant le Sahih Muslim et Al-Muwatta de l'imam Malik.

      26 items
      Quantité

      Dernière fois que ce produit a été ajouté à un panier : 07/11/2019

      L'imam Al-Boukhârî est l'auteur de nombreux livres, mais le plus connu est le Sahîh Al-Boukhârî - Al-Jâmi'us-Sahih- qui est un recueil de hadîth.

       

      Son livre contient 7 275 Hadîth avec répétition et environ 2 230 sans répétition.

       

      Beaucoup de savants musulmans ont essayé de trouver une faille dans cette grande et remarquable collection, mais sans succès. C’est pour cette raison qu’il est établi chez les savants sunnites à l'unanimité que le livre de hadith le plus authentique est le Al-Jâmi'us-Sahih.

       


      Al-Bukhari connaissait 300.000 hadiths avec leurs chaînes de transmissions.

       

      Il collectionna 600.000 hadiths dont il retira son fameux Al jami’us-Sahih.

       

      L’imam était tellement réputé pour sa mémoire, que les savants de Bagdad auraient décidé de le tester4. Ils lui auraient cités cent hadiths erronés avec des chaînes de transmissions volontairement manipulées. A leur grand étonnement, al-Bukhari non seulement aurait retenu les quelque 100 hadiths avec leurs erreurs, mais les aurait corrigés scrupuleusement l’un après l’autre avec plusieurs chaînes de transmissions.

       

      il tomba malade sur le chemin de Samarcande ou il est actuellement enterer. Avant de mourire on lui rapporte qu'il est dit qu’une fois, après la prière d’al-ishâ, il invoqua le secours de Dieu en ces termes :

       

      " Seigneur ! La terre, toute spacieuse qu’elle soit, s’est rétrécie autour de moi ! Reprends moi vers Toi Seigneur ! "

       

      Il mourut le mois même, la veille de l’Aïd al-Fitr, c’est-à-dire pendant la dernière nuit de Ramadân de l’an 256 de l’hégire (870 après J.-C.), à l’âge de soixante-deux ans

      Sahih Al- Bukhari (4 Tomes) d’après Al-Hafid Al-Boukhari:

      Au nom d'Allah, le Très Miséricordieux, le Tout Miséricordieux ; louange à
      Allah le Seigneur des univers, et que la prière et le salut soient sur le plus
      noble des messagers, sur sa famille et tous ses compagnons ; qu'Allah soit
      satisfait de tous ceux qui sont venus après les compagnons, ceux qui sont
      venus après eux et tous ceux qui les suivent dans la voie de la bienfaisance,
      jusqu'au Jour de la résurrection.

      L'imam Qotayba Ibn Sa'id a dit : « J'ai fréquenté les jurisconsultes, les
      dévots et les ascètes, et je n'ai jamais vu - depuis que je suis majeur - un
      homme comme Mohammed Ibn lsmaëI. Il était, parmi ses contemporains,
      comme 'Omar au milieu des compagnons et, s'il avait vécu parmi les
      compagnons, il aurait été un exemple >>.

      Cela dit, le meilleur des discours est le Livre d'Allah et la meilleure des
      guidances est celle de notre maître Mohammed (SWS) ; les plus néfastes des choses
      sont les innovations ; toute innovation est une hérésie et toute hérésie est un
      égarement.

      Nul doute que le noble hadith prophétique a obtenu toute l'attention et toute la
      sollicitude de ceux qui goûtent sa saveur sur le plan du savoir et de la pratique,
      ceux qui éprouvent les pires difficultés et épreuves pour le transmettre aux
      gens et les exhorter à s'y conformer, à mettre en application ses préceptes et à
      s'imprégner de ses vertus.

      Celui qui observe l'attention et la rigueur qui ont
      accompagné la transmission du hadith, depuis les débuts de sa réception à
      travers 1'enseignement jusqu'à sa codification dans les recueils authentiques
      (Sahîhs) en passant par sa mémorisation dans les cœurs et dans les registres,
      ne peut être effleuré par aucun doute quant à l'authenticité de sa chaîne de
      transmission et son exemption de tout défaut.

      Bien plus, il ne peut qu'être
      assuré et confiant dans l'authenticité de ces hadiths et dans la solidité de leurs
      références, comme l'étaient les ancêtres ; cette assurance et cette confiance
      sont d'autant plus garanties que la science du hadith repose sur des critères très

      strictes basés sur la science de la récusation et de la révision, dont les

      musulmans en sont les seuls dépositaires. En outre, Allah n'a jamais laissé

      une époque sans susciter celui dont la tache est de protéger les deux sources de

      la législation musulmane : le Coran et la sounna.

       

      Allal El-Fâsi, a dit à ce sujet : « Parmi les marques de la sollicitude d'Allah

      pour Sa religion et Sa Loi, est qu'Il leur a suscité à chaque époque ceux qui les

      protègent et les préservent fidèlement.

       

      Premièrement : la biographie sommaire de l'imam El-Boukhâri :

       

      Le recueil de la sounna qui a connu la plus grande des attentions est le

      « Djâmi' El-Mousnad Essahîh » de l'émir du hadith et de sa science dans le

      passé et le présent, Abî 'Abdallah Mohammed Ibn Ismaël Ibn Ibrahîm El-

      Moughîra El-Boukhâr, allusion à la ville de Boukhâra à huit jours de marche

      de Samarkand, où il est né le dix du mois de Chawwâlen 1'an 194 de l'Hégire.

      Il fut élevé dans l'ascétisme, le scrupule et le sentiment permanent d'être

      observé par Allah que ce soit dans le secret ou publiquement de même que par

      le souci de toujours se nourrir de choses licites. Il s'est inspiré en cela et l'a

      hérité de son père qui était un des savants scrupuleux de son temps. Ahmed

      Ibn Hafs a dit à ce sujet : «  Je suis entré chez Abî El-Hasan Ismaël Ibn Ibrahîm

      au moment où il était à l'article de la mort, et il m'a dit : « Je n'ai aucun

      dirham douteux dans mes biens ».

       

      Son père est mort et 1'a laissé un tout petit enfant dans le giron de sa mère. Son

      intelligence et son ingéniosité sont apparues précocement et son intérêt pour la

      science du hadith s'est manifesté alors qu'il n'avait que dix ans. A l'âge de

      seize ans, il apprit les livres d'Ibn El-Moubârak et de Wakî' Ibn El-Djerrâh,

      puis il partit avec son frère Ahmed qui était son aîné ainsi que leur mère pour

      accomplir les rites du pèlerinage à la Mecque. Mais lorsque son frère retourna

      à Boukhâra, il décida, lui, de rester à la Mecque pour acquérir la science du

      hadith. Parvenu à l'âge de dix-huit ans, il composa un livre consacré aux

      compagnons et à ceux qui les ont suivis ainsi qu'à leurs maximes ; il composa

      aussi le livre « Ettarîkh El-Kabîr » à la mosquée du Prophète ffi. I1 a dit au

      sujet de ce livre: « Pour chaque nom dans l'histoire j'avais un récit, mais j'ai

      voulu éviter que ce livre soit prolixe. »

      Ses oeuvres :

       

      L'intelligence d'El-Boukhâri et son aptitude à l,écriture ont commencé

      précocement ; ses æuvres ont atteint re nombre de vingt, dont nous citerons :

       

      1. Kitâb Qadhâya Essahâba oua Ettâbi'ine oua Aqâwilahoume )).

      2. Kitâb Eftarîkh Et-Kabîr (édité).

      3. Kitâb Ettarîkh El-Awsat (édité sous le nom d,Ettarîkh Essaghîr).

      4. Kitâb Ettarîkh Essaghîr (perdu ou confondu a.ec le livre des hadiths

       

      19. Kitâb Eddhou'âfa Oua El-Matroukîne (édité).

      20. El-Djâmi' El-Mousnad E,ssahîh El-Moukhtasar. C'est le livre auquel

      nous consacrons cette introduction.

       

      Sa mort et les éloges des savants à son sujet :

       

      Sa mort : Ce monument de la science du hadith est mort dans la nuit du

      samedi, après la prière de la nuit, la veille de la fête de la rupture du jeûne, de

      l'an deux cents cinquante-six de l'Hégire (256H), dans un village de

      Samarqand du nom de Khartanq.

       

      Les éloges des savants à son sujet : Les savants sont unanimes à faire son

      éloge aussi bien de son vivant qu'après sa mort. Ibn Hadjar a dit dans "El-

      Hady Essâri": "Si on ouvre aux savants les portes des éloges à son sujet (c-à-d

      El-Boukhâri), les cahiers ne suffiraient pas et les âmes passeraient, car il s'agit

      là d'un océan qui n'a pas de tavage".

       

      Voici d'autres témoignages de savants à son sujet :

       

      Qotayba Ibn Sa'id a dit: "J'ai fréquenté les jurisconsultes, les dévots et les

      ascètes, et je n'ai pas vu - depuis que je suis majeur - un homme comme

      Mohammed Ibn Ismaël. Il était, parmi ses contemporains, comme 'Omar Ibn

      El-Khattâb au milieu des compagnons et, s'il avait vécu parmi les

      compagnons, il aurait été un exemple".

       

      De son côté, Mohammed lbn Béchâr, le maître d'El-Boukhâri et de Moslem, a

      dit : "Les houffâdh (mémorisateurs de hadiths) sont au nombre de quatre :

      Aboû Zar'a dans le Ruyy, Moslem à Nishapoûr, Eddârimi à Samarqand et El-

      Boukhâri à Boukhâra".

       

      "El-Boukhâri est le plus savant de ces quatre, le plus perspicace et le plus aïgu

      d'esprit" précise '41î Ibn Hadjar.

       

      Pour sa part, Ahmed Ibn Hanbal a dit : "Le Khorâsan n'a jamais produit un

      homme pareil à Mohammed Ibn Ismaël". Tabaqât El-Hanâbila,ll277.

       

      Quant à l'imam Ettermidhî, il a dit : "Je n'ai jamais vu en lraq ni au Khorasân,

      dans les domaines des défectuosités du hadith, dans l'histoire et dans la

      connaissance des chaînes de transmission, un homme aussi savant que

      Mohammed Ibn IsmaëI". In L'histoire de Baghdad,2127 .

       

      De son côté, El-Fellâs a dit : "Tout hadith qui n'est pas connu d'El-Boukhâri

      n'est pas un hadith".

       

      Il a été transcrit dans la mosquée sacrée.

      A chaque fois qu'El-Boukhâri transcrivait un hadith, il faisait une

      prière de consultation (istikhâra) de deux génuflexions, puis il

      s'assurait de son authenticité. Son élève El-Farbarî a dit :

      « Mohammed Ibn Ismaël m'a dit : « Je n'ai jamais transcrit un hadith

      dans mon recueil, sans avoir fait au préalable une prière de deux

      génuflexions, en espérant qu'Allah m'accorde Sa bénédiction ».

      Lorsque un hadith authentique s'oppose avec un autre hadith

      semblable, il le choisit en dehors de l'autre.

      El-Boukhâri n'a cité que les imams de la première catégorie, parmi les

      traditionnistes.

      Sa chaîne de transmission a ceci de particulier que tous ses

      transmetteurs qui ont transmis de la part de son maître ont été ses

      contemporains ou l'ont rencontré au moins une fois.

      Les hommes de sa chaîne de transmission qui sont sujets à des

      critiques, sont très rares par rapport à d'autres.

      El-Boukhâri a cité dans ce recueil béni tout ce qui a été rapporté

      comme hadiths authentiques de la part du Prophète (SWS), avec les chaînes

      de transmission qui se caractérisent par f intégrité et l'esprit méticuleux

      de leurs transmetteurs, évitant tout excès et tout défaut, et se contentant

      des hommes de la seule première catégorie. Il a dit à ce sujet : «  J'ai

      composé ce livre c'est-à-dire El-Djâmi' Essahîh - à partir de

      quelques six cents mi1le hadiths ». Son élève Mohammed Ibn

      Hamwiyya El-Hamaoui, a dit de son côté : « J'ai entendu Mohammed

      Ibn Ismaël dire : « Je mémorise cent mille hadiths authentiques et deux

      cents mille hadiths non authentiques ».

      Sa répétition de certains hadiths est utile soit sur le plan de la

      jurisprudence soit sur celui du hadith, puisqu'il rapporte parfois un

      hadith dans un contexte précis et parfois il le répète dans un autre

      contexte différent, ce qui démontre ses connaissances en jurisprudence

      et son habileté à déduire plusieurs avantages d'un seul hadith, ce qui

      n'apparaît pas visiblement à première vue. En outre, il répète parfois le

      même hadith mais avec une autre chaîne de transmission ou avec

      d'autres avantages dans la chaîne, comme par exemple la mention du

      suftlom ou du nom, l'explication d'une chose confuse, etc.

      Sa division en plusieurs livres qui ont atteint le nombre de cent et

      quelques tomes, de même qu'en plusieurs chapitres qui aident le juriste

      à déduire facilement des règles juridiques et qui ont atteint le nombre

      de trois mille quatre cents cinquante chapitres. Dans ces chapitres, il y

      a une science considérable. L'imam Ennawaoui a dit à ce sujet : « Son

       

      intention, en écrivant ce livre, n'est pas de mentionner des hadiths et de

      multiplier les chaînes de transmission, mais d'en déduire des règles et

      d'en tirer des arguments pour des chapitres qu'il avait choisis à partir

      des questions principielles, des questions subsidiaires, de l'ascétisme,

      de la morale, des exemples et autres sciences.

      - Pour ce faire, il a enlevé à beaucoup de chapitres toute référence aux

      chaînes de transmission en se contentant de mentionner : " D'après un

      tel compagnon, d'après le Prophète (SWS) ou d'après le hadith

      d'untel ". En outre, il mentionne au début des chapitres de nombreux

      versets coraniques et, dans d'autres chapitres, il se contente seulement

      de les mentionner sans leur ajouter quoi que ce soit. Par ailleurs, il

      mentionne aussi de nombreuses choses concemant des avis religieux

      des compagnons et de ceux qui les ont suivis, en fonction du besoin du

      lecteur.

      - Le Sahîh d'El-Boukhâri a une particularité d'une grande importance au

      sujet de laquelle le Dr Noureddine 'Atar a dit : « Il s'agit du soin

      apporté par l'imam El-Boukhâri à la mise en exergue de la

      jurisprudence du hadith et des avantages qui en résultent, au point où il

      va jusqu'à répéter le hadith, le couper ou le disperser au gré des

      chapitres pour en déduire de nouveaux avantages ou des règles de

      sagesse spécifiques à ces chapitres, bien qu'il ne fasse pas de répétition

      réelle, puisque à chaque fois qu'il mentionne le hadith, dans un

      chapitre différent, il le répète avec une autre chaîne de transmission.

       

      C'est pour cela que l'imam Eddahabî a dit : « Le Djâmi' d'El-Boukhâri est le

      meilleur de tous les ouvrages de 1'Islam et le plus utile après le Livre d'Allah.

      Et si quelqu'un fait un voyage de mille lieues, pour l'étudier, son voyage ne

      sera pas vain ".

       

      3. Les versions d'El-Djâmi' Essahîh :

       

      El-Farbarî a dit : « Quatre vingt dix mille hommes ont appris le Sahîh de

      l'imam El-Boukhâri de son auteur, et il ne reste que moi à le rapporter ». El-

      Hâfedh Ibn Hadjar a dit de son côté : « El-Farbarî a dit cela sur la base de ce

      qu'il avait comme informations, car Aboû Talha Mansoûr Ibn Mohammed Ibn

      'Alî Ibn Qarîna El-Bazdaoui, a continué à le transmettre après lui pendant neuf

      ans, puisqu'il est moft en l'an trois cents vingt neuf, alors qu'El-Farbarî est

      mofi en l'an trois cents vingt ».

       

      Quant à mon maître l'érudit Mohammed Ibn 'Abd El-Hâdi El-Mannounî El-

      Hasanî il m'a dit : « Beaucoup de traditionnistes ont transmis directement

       

       

      de la part de son auteur Mohammed Ibn Ismaël El-Boukhâri; ce recueil

      authentique est parvenu au Maghreb musulman à travers deux voies :

       

      A. La voie de Nasafi : Ibrahîm Ibn Ma'qal Ibn El-Hadjjâdj, mort  en 295H.

      (e08 AJC).

      B. La voie d'El-Farbarî: Mohammed Ibn Yoûsef Ibn Matar Ibn Sâleh,

      mort en 320 H. (932 AJC). La plupart des versions sont parvenues par

      sa voie.

       

      Dans la mesure où la version d'El-Farbarî est la meilleure et la plus fiable de

      toutes, j'ai vu qu'il est intéressant de l'étudier en détail, en dehors de autres,

      par peur de m'étaler là-dessus.

       

      Cependant, avant de faire cela, il est indispensable de procéder à une

      connaissance de l'auteur de cette version, préalablement à la mention de la

       version et aux voies par lesquelles elle s'est ramifiée ainsi qu'à la clarification

      des chaînes de transmission qui lui sont liées.

       

      Oui est El-Farbarî ?

       

      El-Farbarî est un des hommes de confiance et un moyen pour les musulmans

      de connaître les paroles de leur Prophète &É. Il jouit d'une grande estime et

      d'une éminente place auprès de son maître l'émir des croyants dans le

      domaine du hadith, Mohammed Ibn Ismaël El-Boukhâri, puisque ce dernier lui

      a confié le manuscrit originel qu'il avait transcrit de sa propre main, comme

      l'ont rapporté de nombreux savants dans ce domaine, notamment le cheikh El-

      Islam El-Hâfedh Ibn Hadjar El-'Asqalâni, dans son livre : « Feth El-Bâri Fî

      Charh Sahîh El-Boukhâri ». El-Moustamlî, un des disciples d'El-Farbarî a dit :

      ,, J'ai fait une copie du livre d'El-Boukhâri de l'original qui se trouvait chez

      ,lohammed Ibn Yoûsef El-Farbarî ». Ce dernier était surnommé Aboû

      'Abdallah et était originaire de Farbar. Ibn Rachîd Essabtî a dit : « Farbar est

      une ville située sur les rives du fleuve de Djihoûn, du côté de Boukhâra ».

       

      Quant à El-Farbâri, son nom complet est Mohammed lbn Yoûsef, Ibn Matar,

      Ibn Sâleh, Ibn Bichr El-Farbarî. Il est né à Boukhâra en l'an 231 de l'Hégire et

      est mort en l'an 320. D'après Ibn rachîd Essabtî, Abî Dharr El-Haraoui a dit :

      , Abû 'Abdallah El-Farbarî est une autorité pour les musulmans en ce qui

      concerne le livre d'El-Boukhâri ; sa célébrité est telle, qu'il est inutile de le

      présenter « . In « «Ifâdat Ennasîh 14. »

       

      De son côté, le maître de nos maîtres, 'Abd El-Hayy El-Kattâni a dit qu'il est

      le plus crédible de ceux qui ont rapporté de la part d'El-Boukhâri et qu'il est le

      dernier à avoir entendu le hadith de lui ».

       

      9782911546907

      Fiche technique

      AUTEUR : -
      Al Hafidh al Boukhari
      ANNEE : -
      2013
      SUPPORT: -
      Livre
      THEME : -
      Le Hadith
      ÉDITIONS : -
      Universel
      Condition : -
      Neuf
      Nombre de Pages : -
      1059
      FORMAT (CM) :
      17 x 24.5
      Poids (kg) : -
      1.519
      EAN13 : -
      9782911546907
      RELIURE : -
      Rigide

      Références spécifiques

      Aucun commentaire pour le moment

      Donnez votre avis

      Sahih Al- Bukhari (4 Tomes) d’après Al-Hafid Al-Boukhari

      Sahih Al- Bukhari (4 Tomes): Le Sahih al-Bukhari signifie « l'authentique de l'imam Al-Bukhari » et est l'un des six grands recueils de hadiths. La plupart des musulmans sunnites le considèrent comme le livre le plus authentique après le Coran 1,2 et comme l'une des trois sources hadith les plus fiable avant le Sahih Muslim et Al-Muwatta de l'imam Malik.

      Donnez votre avis

      Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

      16 autres produits dans la même catégorie :